Bienvenue sur notre site royaliste

DEPRAVATION ET CHAOS UNIVERSEL...

C’est une banalité de dire que nos sociétés occidentales tombent de plus en plus bas dans l’immoralité. Mais d’aucuns contestent cette analyse : « Non, disent-ils, l’homme est ainsi fait qu’il est attiré par toutes sortes de vices et cela ne date pas d’aujourd’hui ; c’est une constante de tous les temps… ». Qui dit vrai ?
Ainsi que l’expliquait le vénérable Barthélémi Holzhauser, moine restaurateur de la discipline ecclésiastique en Allemagne, mort en 1658, toute l’histoire de l’humanité depuis Jésus Christ jusqu’à la fin des temps se découpe en sept phases, correspondant aux sept églises d'Asie mineure apostrophées dans les trois premiers chapitres de l'Apocalypse : Ephèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie, Laodicée.
Et des études fondées sur le rapprochement symbolique entre le texte propre à chaque église et la réalité historique ont permis de dater celles des églises qui correspondent à des phases du passé. Ainsi, on peut affirmer que l’église de Thyatire correspond au Moyen-Age, époque où l’Eglise était omniprésente, tandis que l’église de Sardes correspond à la domination du matérialisme sur une période de cinq cents ans qui s’étend de la Renaissance à aujourd’hui. Ainsi il est écrit : « Je connais ta conduite : tu passes pour vivant, mais tu es mort » (Ap.3,1). Il s’agit de mort spirituelle, bien entendu. Nous entrons actuellement dans la période correspondant à l’église de Philadelphie, mais ceci est une autre histoire.
Donc l’immoralité n’est pas une constante de tous les temps. Alors, d’où vient cette évolution ? « L’origine de ce nihilisme moderne, moteur des révolutions socialistes des XIXème et XXème siècles, se trouve dans la kabbale sabbato-frankiste, et plus en amont, dans le Talmud lui-même » (Rivarol du 4/10/2017).
Ainsi le psaume 45,3 du Midrash (commentaire talmudique de le Bible) déclare : « Israël demande à Dieu : quand nous enverras-tu la Rédemption ? Il répond : quand vous serez descendu au niveau le plus bas, à ce moment Je vous apporterai la Rédemption ». C’est donc une volonté délibérée de promouvoir la dépravation et le chaos.
Il est reconnu aujourd’hui que la loi de Simone Weil sur l’avortement a été au préalable étudiée et mise au point dans les loges maçonniques. F.D. Roosevelt avait coutume de dire : « Rien de ce qui touche à la politique ne relève du hasard ! Soyons sûrs que ce qui se passe en politique a été bel et bien programmé ! ». Voilà un exemple parmi d’autres que cette dépravation est planifiée.
C’est tout le contraire de la tradition chrétienne. Ainsi un des grands penseurs catholiques sociaux, Louis de Bonald, déclarait : « L'Etat fera peu pour les plaisirs des hommes, assez pour leurs besoins, tout pour leurs vertus ». C’est d’ailleurs toute la différence entre la république, dont le précepte est « fais ce que tu veux du moment que tu ne gênes pas autrui », et la royauté, puisque le roi, lieutenant de Dieu sur terre, a pour mission d’élever la vertu du peuple.
Vive le roi Louis XX

POUR UN ROI TRES CHRETIEN

Pendant treize siècles, le plus ancien royaume d’Europe, la France, fut dirigé par un Roi surnommé « très chrétien » . Pourquoi ?
Après le baptême de Clovis par l’archevêque de Reims, Saint Rémi, celui-ci laissa un testament indiquant clairement que la vocation de la France était d’abord de défendre la foi chrétienne ; si elle y répondait par ses actions, elle réussirait toutes ses entreprises, mais si elle montrait de l’hostilité vis-à-vis de l’Eglise, elle serait rudement châtiée. L’histoire de la France n’a fait que confirmer cette prédiction. Notamment, depuis 1789 et ses droits de l’homme sans Dieu, ne voit-on pas les catastrophes se succéder, les guerres devenir de plus en plus meurtrières et les régimes politiques être renversés les uns après les autres? A l’inverse, quand nous avons eu un saint roi comme Louis IX (précédé par plusieurs autres qui, avec moins de qualités, avaient vigoureusement défendu la chrétienté), la France a connu un très grand siècle de prospérité dont nous pouvons encore admirer certains effets, comme nos cathédrales.
Tous nos rois savaient que le vrai Roi de France était le Christ et qu’ils n’étaient que leur lieutenant : Jeanne d’Arc l’a fait acter devant notaire par Charles VII, Louis XIV lui-même l’a proclamé. En conséquence, vis-à-vis de son peuple, le roi avait des pouvoirs d’autorité temporelle et des responsabilités spirituelles ; il ne devait pas prendre des décisions politiques contraires à la morale chrétienne.
Le principal combat des rois a été leur lutte contre les pouvoirs féodaux d’abord puis contre les puissances financières (ex : Louis XIV contre Fouquet). Mais ils n’ont pas su stopper la dérive individualiste de la bourgeoisie influente et d’une partie de l’aristocratie.
POUR L’AVENIR :
La nécessité de tourner le dos à cette société devenue mondialiste qui nous mène aux pires catastrophes devient évidente. En remplacement, il faut :
-       un roi , muni de pouvoirs d’autorité puissants, y compris militaires
-       des corps intermédiaires représentatifs (familles, métiers, professions, communes)
-        des lois imprégnées d’esprit chrétien
L’autorité du roi vient en aide à la faiblesse humaine et va jusqu’à écarter les obstacles à la vie surnaturelle de ses sujets : il est le garant des libertés. Loin des idéologies, il convient de retrouver le réalisme chrétien, c’est-à-dire souder le naturel et le surnaturel, le temporel et l’éternel.
C’est ce qu’on appelle la « monarchie institutionnelle », dans laquelle le roi, par son sacre, détient son pouvoir de Dieu et la constitution lui est soumise, à l’opposé des « monarchies constitutionnelles », dans lesquelles le pouvoir du roi est déterminé par la constitution. Ce sont ces dernières qu’on rencontre en Espagne, en Grande-Bretagne, en Belgique, etc. Mais c’est seulement dans les premières qu’on peut dire que le roi est le lieutenant de Dieu sur terre.
Après le temps de la justice (menaces monétaires, économiques, islamiques, sociales) viendra le temps de la miséricorde et du retour de la France à sa vocation première :

AVOIR UN ROI TRES CHRETIEN



Plus...

Actualités

8ème RENCONTRE des « TÊTES DE RESEAUX » représentant  L’ENGAGEMENT POLITIQUE et SOCIETAL CHRETIEN
les 4 et 5 novembre à Ars
Pour s'inscrire, écrire à jeanfrancois.debiol@gmail.com

"Un roi pour sauver la France"
commander à 
https://www.thebookedition.com/fr/un-roi-pour-sauver-la-france-p-344140.html

Pélerinage à PONTMAIN
Venez prier pour le retour du roi
le 17 de chaque mois
Renseignements :
chouandecoeur@orange.fr
Mob. 06 07 50 26 58