Bienvenue sur notre site royaliste

NOUS ALLONS VERS UNE DEFLATION MONDIALE

Tous les pays occidentaux ont un taux de natalité qui ne permet pas le renouvellement des populations. Or il y a une façon simple de calculer le PIB d’un pays : c’est le nombre de personnes qui travaillent multiplié par la productivité moyenne par travailleur. Voyons ce qu’il en est de la productivité…
L’expert financier américain Jim Rickards analyse que, au cours des cent cinquante dernières années, la productivité est passée par trois phases bien distinctes. « Les avancées majeures intervenues à ses tout débuts (1870 à 1920) sont notamment l’eau courante dans les maisons, les réseaux de distribution d’eau et les systèmes d’égouts, l’eau chaude, le téléphone, l’ampoule électrique, le réseau de distribution de l’électricité, le moteur à combustion interne et les routes pavées.
La phase suivante (1920 à 1970) a vu naître quelques nouvelles inventions (télévision, avions à réaction, réfrigérateurs), mais c’est également à cette époque que l’adoption de ces équipements s’est développée et que les innovations existantes ont été améliorées ». En somme, on a surtout exploité des inventions issues de la phase précédente. Jim Rickards poursuit : « il y a eu une dernière poussée d’innovation, de 1994 à 2004, avec l’adoption générale d’internet, mais c’est tout. Pour l’essentiel, l’ère des innovations et des adoptions marquantes a pris fin en 1970. Presque toutes les améliorations réalisées depuis ont été marginales ou superficielles. (…) Lorsque vous parlez dans un smartphone, il n’y a aucune différence, en réalité, avec le téléphone fixe des années 1950. Peut-être parlez-vous depuis la plage, et non de votre bureau, mais cette conversation en soi n’a pas évolué en termes de productivité ».
Revenons à la définition du PIB. Si la productivité est constante (et a même tendance à diminuer) et que la main d’œuvre diminue, alors le PIB décroît ! C’est faux, diront certains, car on sait que nous avons une croissane positive, même si elle est faible. En fait, il faut raisonner comme le fait Emmanuel Tod, qui ne prend en compte que les secteurs primaire et secondaire, les seuls véritablement créateurs de valeurs, car les services sont financés par ces derniers. Or la part de l’industrie française dans le PIB n’est plusque de 10% !
Cependant, direz-vous, il y a la Chine et le continent africain. En ce qui concerne la première, nous savons que sa longue politique de « un enfant par femme » l’a conduite à un grave déficit des effectifs jeunes et à un vieillissement de sa population. Quant à l’Afrique, la grande instabilité politique de nombre de ses Etats ne permet pas d’envisager une forte croissance du PIB. Rappelons que, pour ce qui concerne les anciennes colonies françaises, elles n’ont pas retrouvé aujourd’hui le PIB qu’elles avaient au moment du départ de la France !
Le vieux Marx avait donc raison quand il parlait de « la baisse tendancielle du taux de profit ». Nous songeons alors aux politiques keynésiennes, qui ont, à une époque, permis la relance de plusieurs économies. Et c’est pourquoi la FED américaine s’est efforcée de provoquer l’inflation par de successifs « QE » (quantitative easing). Et Jim Rickards constate : « il aura fallu six ans – de 2008 à 2012 – pour que la FED parvienne à atteindre son objectif de 2%, avant que l’inflation ne retombe aussitôt à 1,9%. Et elle va probablement baisser encore au cours des mois à venir ». Il ajoute que les Etats-Unis connaissent, ces dernières années, une croissance nominale d’environ 4% tandis que la dette publique croît de 6% par an. Il en résulte que le ratio Dette / PIB continue à croître. C’est d’ailleurs ce que nous constatons dans la plupart des pays occidentaux. La grande désolation du FMI est d’assister à ce phénomène sans pouvoir le contrer !
Où cela nous mène-t-il ? Inéluctablement vers une crise mondiale de la dette. Cela signifie que, à un moment donné, les taux d’intérêt vont augmenter, les capacités d’emprunt des entreprises et des ménages vont baisser, et on court à la récession.
En France, le mouvement des Gilets jaunes donne un aperçu du mécontentement grandissant de la population française. Et il en va de même dans le reste de l’Europe. La prédiction de Notre Dame de la Sallette, en 1846, semble vouloir se concrétiser : le développement de guerres civiles en France, en Italie, en Espagne et en Grande Bretagne. Voilà où nous mènent des républiques qui, par construction, ont voulu instaurer des sociétés sans Dieu, en vouant un culte au dieu-argent !
Vive le roi-très-chrétien qui sauvera la France

POUR UN ROI TRES CHRETIEN

Pendant treize siècles, le plus ancien royaume d’Europe, la France, fut dirigé par un Roi surnommé « très chrétien » . Pourquoi ?
Après le baptême de Clovis par l’archevêque de Reims, Saint Rémi, celui-ci laissa un testament indiquant clairement que la vocation de la France était d’abord de défendre la foi chrétienne ; si elle y répondait par ses actions, elle réussirait toutes ses entreprises, mais si elle montrait de l’hostilité vis-à-vis de l’Eglise, elle serait rudement châtiée. L’histoire de la France n’a fait que confirmer cette prédiction. Notamment, depuis 1789 et ses droits de l’homme sans Dieu, ne voit-on pas les catastrophes se succéder, les guerres devenir de plus en plus meurtrières et les régimes politiques être renversés les uns après les autres? A l’inverse, quand nous avons eu un saint roi comme Louis IX (précédé par plusieurs autres qui, avec moins de qualités, avaient vigoureusement défendu la chrétienté), la France a connu un très grand siècle de prospérité dont nous pouvons encore admirer certains effets, comme nos cathédrales.
Tous nos rois savaient que le vrai Roi de France était le Christ et qu’ils n’étaient que leur lieutenant : Jeanne d’Arc l’a fait acter devant notaire par Charles VII, Louis XIV lui-même l’a proclamé. En conséquence, vis-à-vis de son peuple, le roi avait des pouvoirs d’autorité temporelle et des responsabilités spirituelles ; il ne devait pas prendre des décisions politiques contraires à la morale chrétienne.
Le principal combat des rois a été leur lutte contre les pouvoirs féodaux d’abord puis contre les puissances financières (ex : Louis XIV contre Fouquet). Mais ils n’ont pas su stopper la dérive individualiste de la bourgeoisie influente et d’une partie de l’aristocratie.
POUR L’AVENIR :
La nécessité de tourner le dos à cette société devenue mondialiste qui nous mène aux pires catastrophes devient évidente. En remplacement, il faut :
-       un roi , muni de pouvoirs d’autorité puissants, y compris militaires
-       des corps intermédiaires représentatifs (familles, métiers, professions, communes)
-        des lois imprégnées d’esprit chrétien
L’autorité du roi vient en aide à la faiblesse humaine et va jusqu’à écarter les obstacles à la vie surnaturelle de ses sujets : il est le garant des libertés. Loin des idéologies, il convient de retrouver le réalisme chrétien, c’est-à-dire souder le naturel et le surnaturel, le temporel et l’éternel.
C’est ce qu’on appelle la « monarchie institutionnelle », dans laquelle le roi, par son sacre, détient son pouvoir de Dieu et la constitution lui est soumise, à l’opposé des « monarchies constitutionnelles », dans lesquelles le pouvoir du roi est déterminé par la constitution. Ce sont ces dernières qu’on rencontre en Espagne, en Grande-Bretagne, en Belgique, etc. Mais c’est seulement dans les premières qu’on peut dire que le roi est le lieutenant de Dieu sur terre.
Après le temps de la justice (menaces monétaires, économiques, islamiques, sociales) viendra le temps de la miséricorde et du retour de la France à sa vocation première :

AVOIR UN ROI TRES CHRETIEN



Plus...

Actualités

"Un roi pour sauver la France"
commander à 
https://www.thebookedition.com/fr/un-roi-pour-sauver-la-france-p-344140.html

Pélerinage à PONTMAIN
Venez prier pour le retour du roi
le 17 de chaque mois
Renseignements :
chouandecoeur@orange.fr
Mob. 06 07 50 26 58

Anciens articles

La république ne connaît pas le long terme
Deux gros bobards qu'on veut nous faire avaler
Des tombes, des vitres et des hommes...
Une suggestion pour les participants au "Grand débat"
La Royauté et l'Eglise
Une économie humaine peut-elle exister ?
La France n'est plus le pays de la liberté
Quelle transition énergétique ?
Le divorce entre les Français et le monde de la politique
L'abrutissement programmé de nos enfants
Emmanuel Macron est coupable de haute trahison !
Les illusions du RIC
La cause profonde qui a conduit au combat des Gilets jaunes
Lettre ouverte aux Gilets jaunes
Ce qu'est la royauté
Oui, la Nouvelle-Calédonie fait partie de la France
La Nouvelle-Calédonie fait partie de la France
A propos du féminisme
L'école anti-France
On ne vit pas mieux qu'en 1970
L'islamisation militante de la France
Qui sont les amis des chrétiens d'Orient ?
La solitude née des Droits de l'Homme
L'alarmante propagation de l'idéologie islamiste
La Laïcité, une arme contre les chrétiens
Le mirage d'une défense européenne
Les races existent-elles ?
La catastrophe de Gênes et la démocratie
La liberté de l'avortement, un progrès ?
La France en situation de double pouvoir
Un déficit de deux cents millions de femmes
Protectionnisme ou démagogie ?
Le réveil des nations
Des villes sans humanité...
L'agriculutre française et la PAC
La "colonisation-pillage" est un mythe
De la bonne construction de l'Eeurope
La république ne connaît pas la responsabilité
L'Italie prise au piège du mondialisme
Un paln banlieue est-il suffisant ?
Les USA, alliés ou adversaires ?Soyons fiers de notre époque coloniale
Le leurre de la "réconciliation nationale"
Que fait la FRance dans cette galère Les deux facettes du libéralisme
Pourquoi revenir aux monnaies natioanales
Une nouvelle définition du progrès
Le vrai visage de la laïcité
Voitures électriques
Quelle action syndicale ?
Un revenu décent pour ls agriculteurs...
Le maintien de l'OTAN...<Une économie équitable ?
Abattage halal et casher
La montée de l'islam dans les entreprises
Il faut parfois écouter les militaires...
Foi chrétienne et performance
Les terroristes ne font qu'appliquer le Coran
Réchauffement climatique
La justice européenne...
La laïcité est le cheval de Troie de l'islam
A propos de la nationalité
Foi chrétienne et immigration
Vivons-nous mieux aujourd'hui ?<La loi que la république ne fera jamais voter<Macron trahit les paysans
Dépravation et chaos universel...
La tromperie de la réforme scolaire
Les Etats-Unis nous ont déclaré la guerre<Valeurs islamophobes
Réchauffement climatique<Notre système scolaire
L'empreinte écologique
Deux événements diaboliques<Comment réagir face aux attentats ?
Un roi, est-ce dépassé ?<L'illusion de la laïcité
Le leurre de la démocratie
LREM, le parti de l'étranger
Les finances de la France, suite

Comment être de droite ?<La vérité sur l'état financier de la France
Démocratie : confusion entre la fin et les moyens<Un Etat dans l'Etat

L'histoire de France ne commence  pas en 1789<Les discriminations légitimes
Christianisme ou barbarie
La fraternité peut-elle exister...
Bilan d'une élection truquée
Des malentendus sur l'Europe
 Qu'est-ce qu'un projet de société ?
 Les cinq tares de la république 
Le Sacré Coeur et le drapeau français 

La France, grande perdante de la mondialisation
 Une société sans Dieu est-elle durable ? 
Pouvoir spirituel et pouvoir temporel 
Les bruits de bottes se rapprochent
Quid du pouvoir régalien de battre monnaie ? 
Faut-il opter pour l'abstention ? 
Préparons-nous aux troubles qui vont venir 
A propos du protectionnisme