Bienvenue sur notre site royaliste

NON, LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE N'EST PAS LE RESULTAT DE L'ACTIVITE HUMAINE

En 1963, quinze éminents chercheurs d’universités américaines se réunissent en secret dans un endroit appelé « La montagne de Fer ». L’un d’entre eux (pseudonyme John Doe) publia en 1967 le résultat de ces études dans un livre intitulé « The report from Iron Mountain ». En voici les idées essentielles : 1) Aucun intérêt à discerner le Bien du Mal, à déblatérer sur des concepts vides tels que le Droit et le Pouvoir, le Patriotisme ou la Religion ; 2) « La guerre remplit certaines fonctions essentielles pour la stabilité de notre société. Jusqu’à ce que d’autres moyens de les remplir soient développés, le système de la guerre doit être maintenu et son efficacité améliorée » ; 3) Le peuple, en période de guerre ou s’il existe une menace de guerre, se soumet plus facilement au gouvernement sans se plaindre ; en revanche, en temps de paix, les gens s’opposent instinctivement aux politiques de fiscalité et détestent l’immixtion des politiciens dans leur vie privée.
Toutefois la guerre traditionnelle risque d’empêcher la mise en place d’un gouvernement mondial. Les chercheurs ont donc été amenés à imaginer une alternative à la guerre pour les Etats-Unis. La solution qu’ils ont trouvée est le mythe du réchauffement climatique.
Seuls deux dirigeants politiques n’y croient pas et osent le dire : Donald Trump et Wladimir Poutine. Cela montre la puissance des media qui intoxiquent quotidiennement les esprits avec les idées du mondialisme. Voyons de plus près ce bourrage de crânes.
Tout d’abord la caution des soi-disant scientifiques : le GIEC est composé de personnes n’ayant aucune compétence en climatologie ; et quand bien même il y aurait parmi eux des scientifiques, il faut savoir que, dans l’histoire, les académies des sciences n’ont accepté certaines vérités qu’en moyenne avec un siècle de retard. Il en fut ainsi pour Galilée, Newton, Darwin, Pasteur et bien d’autres. C’est tellement plus confortable d’être en accord avec l’esprit du temps…
Pour rester sur le plan scientifique, il est intéressant de se reporter à la période des dynosaures : la nature était surabondante et il y avait quatre fois plus de CO2 qu’aujourd’hui. Et si l’on utilise les logiciels de simulation du GIEC, on arrive à une température de 100 °C ! Ce qui démontre que ces logiciels ne modélisent pas correctement la réalité.
On nous parle de la hausse probable du niveau de la mer. Or celui-ci s’élève de 2 à 3 millimètres par an, soit 20 à 30 centimètres sur un siècle. On est très loin des discours qui nous annoncent une hausse de plusieurs mètres qui conduirait à déplacer des millions de personnes.
La soi-disant disparition des ours blancs : en réalité, sur les cinquante dernières années, leur nombre est passé de 8000 à 24000, soit une multiplication par trois. Ils ne sont pas du tout en voie de disparition.
Venons-en à la question des politiques énergétiques. Le discours occidental s’articule en deux volets, l’un quantitatif, l’autre qualitatif. En ce qui concerne le premier aspect, les occidentaux, qui consomment dix fois plus d’énergie que les pays en voie de développement, voudraient contraindre ces derniers à faire des économies d’énergie. Alors que c’est essentiellement le budget énergétique qui leur permet de sortir du sous-développement. On comprend que le thème du réchauffement climatique et les injonctions des COP21, COP22, COP23, etc, passent très mal auprès de ces populations.
Quant à l’aspect qualitatif, les décisions prises par les Etats européens sont tout simplement aberrants. Il faut savoir que, vers 2050, seuls 5% des besoins énergétiques pourront être satisfaits par les énergies renouvelables. Les éoliennes construites sur terre produisent une énergie trois fois plus chère que celle des centrales nucléaires, et le prix est multiplié par cinq pour les éoliennes construites sur mer. De plus, l’installation d’éoliennes doit s’accompagner de la construction de centrales thermiques puisque celles-ci ne produisent que pendant 20% du temps. L’industrie des éoliennes fait travailler des milliers de personnes, ce qui constitue un énorme gaspillage. En France, on construit et on implante des éoliennes alors que la production d’électricité nucléaire est supérieure à nos besoins.
Quant à la voiture électrique, d’une part son coût de production est largement supérieur à celui d’une voiture à essence ; d’autre part, la conception même est antiéconomique. Ainsi la voiture Tesla qui, selon les dires de son constructeur, aurait 400 kilomètres d’autonomie, a une batterie qui pèse 800 kg ! En comparaison, le réservoir d’essence d’une voiture classique est de 50 litres, soit environ 40 kg, vingt fois moins ! Et que va-t-on faire des batteries usagées ?
La royauté est basée sur la vertu, le roi ayant pour mission d’élever les vertus du peuple. Au contraire, la république passe son temps à manipuler les populations, au bénéfice de l’oligarchie mondialiste.
Vive le roi Louis XX

POUR UN ROI TRES CHRETIEN

Pendant treize siècles, le plus ancien royaume d’Europe, la France, fut dirigé par un Roi surnommé « très chrétien » . Pourquoi ?
Après le baptême de Clovis par l’archevêque de Reims, Saint Rémi, celui-ci laissa un testament indiquant clairement que la vocation de la France était d’abord de défendre la foi chrétienne ; si elle y répondait par ses actions, elle réussirait toutes ses entreprises, mais si elle montrait de l’hostilité vis-à-vis de l’Eglise, elle serait rudement châtiée. L’histoire de la France n’a fait que confirmer cette prédiction. Notamment, depuis 1789 et ses droits de l’homme sans Dieu, ne voit-on pas les catastrophes se succéder, les guerres devenir de plus en plus meurtrières et les régimes politiques être renversés les uns après les autres? A l’inverse, quand nous avons eu un saint roi comme Louis IX (précédé par plusieurs autres qui, avec moins de qualités, avaient vigoureusement défendu la chrétienté), la France a connu un très grand siècle de prospérité dont nous pouvons encore admirer certains effets, comme nos cathédrales.
Tous nos rois savaient que le vrai Roi de France était le Christ et qu’ils n’étaient que leur lieutenant : Jeanne d’Arc l’a fait acter devant notaire par Charles VII, Louis XIV lui-même l’a proclamé. En conséquence, vis-à-vis de son peuple, le roi avait des pouvoirs d’autorité temporelle et des responsabilités spirituelles ; il ne devait pas prendre des décisions politiques contraires à la morale chrétienne.
Le principal combat des rois a été leur lutte contre les pouvoirs féodaux d’abord puis contre les puissances financières (ex : Louis XIV contre Fouquet). Mais ils n’ont pas su stopper la dérive individualiste de la bourgeoisie influente et d’une partie de l’aristocratie.
POUR L’AVENIR :
La nécessité de tourner le dos à cette société devenue mondialiste qui nous mène aux pires catastrophes devient évidente. En remplacement, il faut :
-       un roi , muni de pouvoirs d’autorité puissants, y compris militaires
-       des corps intermédiaires représentatifs (familles, métiers, professions, communes)
-        des lois imprégnées d’esprit chrétien
L’autorité du roi vient en aide à la faiblesse humaine et va jusqu’à écarter les obstacles à la vie surnaturelle de ses sujets : il est le garant des libertés. Loin des idéologies, il convient de retrouver le réalisme chrétien, c’est-à-dire souder le naturel et le surnaturel, le temporel et l’éternel.
C’est ce qu’on appelle la « monarchie institutionnelle », dans laquelle le roi, par son sacre, détient son pouvoir de Dieu et la constitution lui est soumise, à l’opposé des « monarchies constitutionnelles », dans lesquelles le pouvoir du roi est déterminé par la constitution. Ce sont ces dernières qu’on rencontre en Espagne, en Grande-Bretagne, en Belgique, etc. Mais c’est seulement dans les premières qu’on peut dire que le roi est le lieutenant de Dieu sur terre.
Après le temps de la justice (menaces monétaires, économiques, islamiques, sociales) viendra le temps de la miséricorde et du retour de la France à sa vocation première :

AVOIR UN ROI TRES CHRETIEN



Plus...

Actualités

Le pot des amis de Rivarol
samedi 9 décembre
de 14h à 19h
à l'Espace Dubail
18, passage Dubail, Paris 19

XXIème TABLE RONDE
de Terre et Peuple
dimanche 10 décembre,
à partir de 10h
Espace Jean Monnet
47, rue des Solets, RUNGIS (94)

"Un roi pour sauver la France"
commander à 
https://www.thebookedition.com/fr/un-roi-pour-sauver-la-france-p-344140.html

Pélerinage à PONTMAIN
Venez prier pour le retour du roi
le 17 de chaque mois
Renseignements :
chouandecoeur@orange.fr
Mob. 06 07 50 26 58