Bienvenue sur notre site légitimiste

QUE PENSER DES SANCTIONS ÉCONOMIQUES ?

Ne tournons pas autour du pot : il y a un seul Etat au monde qui ait le pouvoir d’imposer des sanctions économiques à un autre pays, ce sont les Etats-Unis. Trois exemples viennent à l’esprit : les sanctions économiques contre l’Irak, du temps de Saddam Hussein, ont coûté la vie à un million d’enfants morts de faim ; les sanctions économiques contre la Russie ont surtout été néfastes pour les agriculteurs français qui, du jour au lendemain, ne pouvaient plus rien exporter en Russie ; et les sanctions économiques actuelles contre l’Iran menacent aussi la population d’insuffisance alimentaire. Quant à la France, cela lui a coûté, notamment, la suppression d’un contrat obtenu par PSA pour livrer 500 000 voitures par an.
Les Etats-Unis se comportent comme un Etat impérialiste
Vu par la France, il y a deux raisons pour s’opposer à de telles mesures, l’une externe et l’autre interne. La raison externe est qu’il est inadmissible qu’un pays – les Etats-Unis en l’occurrence – s’autorisent d’intervenir dans la politique d’un autre pays. C’est d’ailleurs pourquoi les Etats-Unis essaient à chaque fois de se justifier au nom d’une supposée menace extérieure. Vis-à-vis de l’Irak, on a utilisé l’argument des « armes de destruction massive », pour s’apercevoir, une fois que le mal était fait, qu’elles n’existaient pas. En fait, il n’y a jamais eu de menace contre les Etats-Unis, autre que la cyberguerre, mais c’est un autre problème.
La raison interne est que des sanctions économiques, décidées par un pays tiers contre un autre pays tiers nuisent à la France. Deux attitudes politiques sont possibles. La première, qui est celle pratiquée de longue date par nos gouvernements fantoches, est de jouer la carte de la solidarité avec les Etats-Unis et de cautionner cette politique impérialiste, en allant jusqu’à envoyer des matériels et des troupes sur les lieux de guerre, notamment en Syrie aujourd’hui. La seconde attitude politique, la seule possible pour un Etat qui se veut souverain, est d’orienter son économie et sa diplomatie de manière à limiter les effets de ces sanctions économiques.
Cela conduit la France à un certain niveau de protectionnisme
La première des mesures protectionnistes à prendre est d’assurer au maximum notre indépendance énergétique. Cela signifie qu’il faut revenir sur la décision de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et augmenter notre parc de centrales nucléaires, lesquelles fournissent un Kwh bien moins cher que celui des autres sources d’énergie.
L’autre mesure protectionniste consiste à protéger nos frontières de manière à ce que les produits de première nécessité – alimentation, vêtements, logement et équipements du logement, soit 40% des dépenses de consommation des ménages selon l’INSEE – soient produits en France avec un minimum d’importations.
Ne rêvons pas : ce n’est certainement pas le Rassemblement National de Marine Le Pen, aujourd’hui inféodé à l’oligarchie mondialiste – qui mènera une telle politique. Seul le retour à la royauté pourra assurer la souveraineté de la France.
Vive le roi très chrétien !

Notre-Dame de Paris : restons mobilisés !

POUR UN ROI TRES CHRETIEN

Pendant treize siècles, le plus ancien royaume d’Europe, la France, fut dirigé par un Roi surnommé « très chrétien » . Pourquoi ?
Après le baptême de Clovis par l’archevêque de Reims, Saint Rémi, celui-ci laissa un testament indiquant clairement que la vocation de la France était d’abord de défendre la foi chrétienne ; si elle y répondait par ses actions, elle réussirait toutes ses entreprises, mais si elle montrait de l’hostilité vis-à-vis de l’Eglise, elle serait rudement châtiée. L’histoire de la France n’a fait que confirmer cette prédiction. Notamment, depuis 1789 et ses droits de l’homme sans Dieu, ne voit-on pas les catastrophes se succéder, les guerres devenir de plus en plus meurtrières et les régimes politiques être renversés les uns après les autres? A l’inverse, quand nous avons eu un saint roi comme Louis IX (précédé par plusieurs autres qui, avec moins de qualités, avaient vigoureusement défendu la chrétienté), la France a connu un très grand siècle de prospérité dont nous pouvons encore admirer certains effets, comme nos cathédrales.
Tous nos rois savaient que le vrai Roi de France était le Christ et qu’ils n’étaient que leur lieutenant : Jeanne d’Arc l’a fait acter devant notaire par Charles VII, Louis XIV lui-même l’a proclamé. En conséquence, vis-à-vis de son peuple, le roi avait des pouvoirs d’autorité temporelle et des responsabilités spirituelles ; il ne devait pas prendre des décisions politiques contraires à la morale chrétienne.
Le principal combat des rois a été leur lutte contre les pouvoirs féodaux d’abord puis contre les puissances financières (ex : Louis XIV contre Fouquet). Mais ils n’ont pas su stopper la dérive individualiste de la bourgeoisie influente et d’une partie de l’aristocratie.
POUR L’AVENIR :
La nécessité de tourner le dos à cette société devenue mondialiste qui nous mène aux pires catastrophes devient évidente. En remplacement, il faut :
-       un roi , muni de pouvoirs d’autorité puissants, y compris militaires
-       des corps intermédiaires représentatifs (familles, métiers, professions, communes)
-        des lois imprégnées d’esprit chrétien
L’autorité du roi vient en aide à la faiblesse humaine et va jusqu’à écarter les obstacles à la vie surnaturelle de ses sujets : il est le garant des libertés. Loin des idéologies, il convient de retrouver le réalisme chrétien, c’est-à-dire souder le naturel et le surnaturel, le temporel et l’éternel.
C’est ce qu’on appelle la « monarchie institutionnelle », dans laquelle le roi, par son sacre, détient son pouvoir de Dieu et la constitution lui est soumise, à l’opposé des « monarchies constitutionnelles », dans lesquelles le pouvoir du roi est déterminé par la constitution. Ce sont ces dernières qu’on rencontre en Espagne, en Grande-Bretagne, en Belgique, etc. Mais c’est seulement dans les premières qu’on peut dire que le roi est le lieutenant de Dieu sur terre.
Après le temps de la justice (menaces monétaires, économiques, islamiques, sociales) viendra le temps de la miséricorde et du retour de la France à sa vocation première :

AVOIR UN ROI TRES CHRETIEN

Actualités

"Notre combat royaliste"
commander à The Book Edition


Pélerinage à PONTMAIN
Venez prier pour le retour du roi
le 17 de chaque mois
Renseignements :
chouandecoeur@orange.fr
Mob. 06 07 50 26 58